Photos du jour ou d'il y a quelques jours.

Articles tagués “flou

16 et 17 septembre

 

le 16, jardinage en silence c’est à dire sans machines juste les clics du sécateur et de mon appareil , le grincement de la scie et pas un cri quand cette minuscule araignée de la race sauteuse est venue donner un peu de vie à ce gros plan flou  de branche de palmier fraîchement sciée . Ouf.

Le 17, retour à la petite plage de Siesta , je me suis installée à côté d’une poussette vide d’enfant  .

Publicités

6 et 7 septembre

Dans la nuit du 6 septembre avant minuit,  n’ayant pas fait une seule photo de la journée et m’en trouvant fort déconfite, je cherchais quoi photographier et vis mon éventail inutile  sur la table. J’avais commencé une série d’éventail en mouvement quelques temps auparavant   et décidai alors de la compléter en  m’éventant d’une main pendant que l’autre tenait l’appareil – oubliant qu’il y a un retardateur qui vous laisse plus libre de vos mouvements –  On a l’air fin quand on s’autoportraitise, surtout en train de brasser  de l’air, mais l’avantage d’être son propre modèle est  évident, pas de permission à demander,et disponibilité et patience assurées . Et moi ou un/e autre, peu importe de toutes façon, ce qu’il me fallait, c’est quelqu’un s’éventant . J’avais aussi  dans la tête, mais pas précisément  et presque inconsciemment,   l’idée de Carmen, d’Andalousie,de drame et de passion  (pasióóóón)  Plus de cette série sur www.arianecantabrejnik.com 

Dans la journée du 7  il n’y a rien eu de marquant même pour moi qu’un rien allume. J’ai passé une petite heure aux rochers où évidemment l’homme au peigne est apparu (voir  entrée du 3septembre) et a fait ce qu’il fait toujours, se peigner après s’être baigné mais cette fois je ne l’ai pas trouvé drôle et pour lui signifier mon ennui , à peine entamait-il le 1er coup de peigne que j’allais me baigner . Dix minutes plus tard ,à mon retour, il était en train de partir. Ensuite est arrivé un « nouveau », plus jeune mais tout aussi grainé : lui, c’est la gym. Mouvements d’extension, flexions puis soudain tai chi ou ce qui y ressemble (  repousser le tigre). Et un autre truc que je ne sais dans quelle catégorie placer : Rester immobile la bouche grande ouverte, à se les décrocher, les machoires. Puis enfin, une série de petits coups bref, tac tac tac sur chaque bras, de l’épaule aux doigts. Puis quelques instants de méditación (face à la mer) et ciao.

Pas pu le photographier car comme l’autre ,il regardait qui le regarde, et de toutes façons, pas interessant. Alors j’ai photographié les pins sur le capot de ma voiture exceptionnellement miroitante .


J’apprends aujourd’hui

que les piments del Padrón sont originaires de Galicie, plus exactement de la Coruña. Ce que je savais déjà  pour en avoir mangé plus d’une fois ,c’est que dans un plat de vingt  de ces piments,environ cinq seront extrêmement piquants et les autres pas du tout ( mais néanmoins plein de saveur). On peut pas savoir. Surprise.  Ça se fait revenir dans de l’huile d’olive, puis on y ajoute du sel pas trop fin, et c’est tout. Un filet de vinaigre balsamique éventuellement.

26juillet