Photos du jour ou d'il y a quelques jours.

Articles tagués “photo

29 décembre 2010

Noël au sud,

Sur la place

Et dans le jardin

…¡  Feliz año 2011 !


28 décembre

J’avais dans l’idée de photographier King Kong pour ma série de photos kitsch mais en sortant du parking souterrain ,( LE parking souterrain que j’ai vu naître et dont j’ai consigné scrupuleusement et photographiquement la croissance  sur un blog spécial -je mets pas le lien car on s’en fout, personnellement je n’en aurais rien à cirer d’un blog qui montre les travaux d’un parking souterrain à Trifouilly les Oies ) en sortant du parking donc ,j’ai été attirée vers la Grande tente ( la carpa) où des jeux pour enfants étaient installés ainsi que des stands de saucisses,pop corn,boissons diverses et de là,vers la petite tente ( la carpita ?) d’où venait des sons de djembe à faire se mouvoir une momie. C’était un groupe de l’école de musique m’a t’-on dit, une quinzaine d’enfants de cinq à douze ans environ et leurs deux professeurs, un grand blanc et un grand noir et tout ça tapaient allègrement  en un rythme époustouflant . Génial c’était. J’ai pris des photos, toutes floues de mouvement mais j’ai gardé celle-ci en deux versions, qui n’évoque pas du tout la grandiosement joyeuse ambiance qui régnait sous cette tente.  


27 décembre


24 décembre

(Photos du 24,blabla d’aujourd’hui)

En haut vu d’en bas, j’y retourne cet après midi,même heure même endroit  même angle mais  tout le reste sera différent.

 Le flash a tout effacé, ne reste que la….quoi ? Je sais plus, j’ai donné cette page à manger au feu qui brûlait .


20 décembre- « Aquarelle »

En ouvrant un bloc de papier aquarelle en vue de faire quelques essais avec de nouveaux crayons “3 en 1”,c’est à dire à la fois pastel gras,crayon de couleur et aquarelle j’ai trouvé entre ses pages  ces pétales de coquelicots,vestiges de ceux que j’avais photographié jusqu’à écoeurement au printemps dernier. Je ne me suis pas laissée distraire par eux et ai fait quelques ébauches avec mes nouveaux crayons,bien rangés dans leur petite boîte. Des crayons pour enfants,avec juste les couleurs primaires et deux complémentaires,sans noir.

Après une heure où je laissais ma main gambader sur le papier,dirigée par mes seuls yeux et les neurones en berne, après un certain plaisir retrouvé à manier autre chose que les outils informatiques et les pixels, je me suis rendue compte que tintin,rien de bon ne sortait de ma main,mais ce qui s’appelle rien,nada,niente.

 

Tant de rien m’a un peu vexée car quand même, je ne demandais pas un chef d’oeuvre, ni même quelque chose de bon,ce qui aurait été déjà bien,non, juste quelque chose d’au moins un peu  prometteur, qui me donne à penser que, éventuellement je pourrais repeindre ,sur papier, entre deux photos. Eh bien non, la main me démangeait  mais elle est morte pour la peinture depuis quelques années et faut pas croire que parce que ça gratte là où il y avait une main que celle ci est revenue.  

Là dessus, je me suis penchée sur les pétales de coquelicot posés sur une photo que j’avais faite lors de la finale  du mundial 2010 et un peu plus tard sur les ombres du rosier miniature qui continue de faner joliment avant que je ne le taille car lui n’est pas mort, il hiberne je crois.


18-19 décembre

Non je ne suis pas à Genève,sur notre îlot il pleut et comme il fait doux les gouttes ne risquentpas de se convertir en flocons.

Hier soir dans la rue principale, le petit théatre España qui a rouvert ses portes,fermées durant une bonne vingtaine d’années. Le théatre qui est aussi cinéma a été rénové et même si sa façade n’a plus  tout à fait le même charme qu’avant, on ne va pas se plaindre ! http://souvenirpourdemain.wordpress.com/2010/03/11/teatro-espana/

Et ce matin, toujours à L’ A. que je ne veux plus nommer…des gens,qui passent ou qui sont là.


17 décembre

Nature morte non préméditée : Un livre que je lis en attendant mieux,  « l’Homme chauve-souris », un polar qui se passe en Australie et, qu’on aperçoit à peine, le catalogue  » Pour l’amour de l’art »  que j’avais photographié un jour que le soleil passait dessus,en 2008. (Le catalogue, sur la grande photo  est en bas à gauche  ouvert sur une page où est montré un tableau d’ Opalka, ses chiffres peints en gris extrêmement clair sur fond presque blanc) Et  un petit aperçu d’une peinture numérique imprimée,bref, une nature morte désordonnée  sur la table ce matin.

Photo 2008


16 décembre

A force de photographier presque toujours la même vue, à savoir la mer vue de l’Atenea, j’ai pensé que j’avais un côté obsessionnel, ce qui m’a amenée à Opalka  (cliquez sur le nom pour en savoir plus y PARA LOS CASTELLANO HABLANTES,  aquí: http://anatomika.wordpress.com/2009/10/09/roman-opalka-elchicoquesumaba/#comments ) dont j’ai découvert l’obsession à la biennale d’art contemporain de Lyon en 1991 . Fou, fascinant. Là, savoir si on aime ou non n’a ni sens ni importance. Ça me fascine car je suis, et depuis longtemps et par « crises »  à la limite d’être tentée de faire pareil, non pas en peignant-traçant les chiffres de 1 jusqu’à …ce que mort s’ensuive ni de photographier le passage du temps sur mon visage jour après jour, mais en photographiant une vue,toujours la même, chaque jour, à telle heure. Par exemple. Ça déjà été fait bien sûr mais ce n’est pas ça qui m’empêche de céder à cette tentation. C’est que je ne supporterais pas longtemps cette obligation, même par moi imposée. Car ce serait très vite une obligation  et non un besoin, une nécessité. Ce que je me demande, c’est si Opalka se sent obligé de poursuivre son but ou si vraiment il ne peut faire autrement. Je ne sais pas, des deux cas de figure, lequel  traduit la plus grande « folie » .

A part ça, il a fait encore plus froid que hier, la preuve on a allumé un feu. Et c’était bon cette chaleur odorante et crépitante ( odorante car brûlaient des branches de romarin), avec un gâteau au chocolat qui cuisait dans le four et la bouilloire qui sifflait pour le thé. Cliché.


15décembre, matin.

 

Il a failli neiger,à un ou deux degrés en moins, c’était bon. Mais à défaut de neige il y a eu cette lumière un peu gris-jaune-à peine rosée de ces jours de neige que j’ai connus et adorés,calmes et cotonneux …comment décrire ça ? Enfin, ça n’a pas duré,dans l’après midi le ciel a bleui et  rendu plus agressif le froid. Un bête soleil qui ne réchauffait rien.


14 décembre


12 et 13 décembre

 

Hier, le 12,  à Cala L. il y avait du flamenco. 

Et j’ai bien aimélls y mettaient de la pasión et de la voix…

Beaucoup de gens interessants aussi

A Santa Eul. c’était le désert. Ils étaient tous à cala L.

Et aujourd’hui, Enrique Morente est mort   😦


MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com


11 décembre

Une photo prise en octobre 2008 – escalier du marché de Santa Eul.-  que j’ai photographiée ce matin quand j’ai vu ce que dessinait le soleil sur le mur, juste à côté d’elle.


10 décembre- Trois d’une…

série en cours .Tout un grand sac de billes,et pas des récentes…

D’autres billes mais pas en verre sur la page météo/ciels 2010  onglet  décembre .


9 décembre

Vu du bus

Encore vu  du bus, installation de manèges dans la banlieue d’Ibiza.

En ville, nouvel immeuble à côté de la maison jaune .

Au Tap Nou, une épicerie-marché de fruits et légumes-bar.


8 décembre

 

Ce matin, reflêts sur la vitre rose de l’A.

Après midi, couleurs,textures et graphisme chez S. 


7 décembre

En regardant parterre.

Photo et peintures numérique,ces dernières servant de décor. Plusieurs «  ébauches » et essais de peinture numérique ces derniers jours  et ce n’est qu’un début. Je débute tout le temps et it’s wonderful, comme chante Paolo Conte que j’écoute en ce moment.


5décembre, à travers la vitre rose…

de l’Atenea. Il y a eu un redoux aujourd’hui et ce matin, quelques personnes petit-déjeûnaient sur la terrasse . A l’intérieur ça causait haut  et fort , c’était un son nettement moins agréable que les mélodies qui s’échappent du piano ,parfois…


3 décembre

Cet après midi avant que le soleil ne se couche, quelques vues du palais des congrès et alentours.


2 décembre

Comme le temps passe,bientôt c’est Paques et l’été qui revient, et oui il y aura noël,le nouvel an mais tout ça va filer comme un pet de lapin.Le temps n’est pas linéaire ni circulaire,c’est un tourbillon perpétuel. Par exemple hier c’était dimanche mais il apparait qu’aujourd’hui c’est déjà vendredi, je n’y comprends plus rien.Donc aujourd’hui vendredi je mets les photos de hier, jeudi. Jeudi,les roses de mon mini rosier étaient ainsi, moribondes mais belles. Aujourd’hui elles sont identiques mais aujourd’hui elles ne m’intéressent pas. Aujourd’hui  je ne sais pas encore ce qui va m’interesser, quelque chose  sûrement mais quoi, c’est la surprise. A noter que ce matin j’aurais bien pris la lumière sur la mer depuis l’Atenea mais j’avais oublié mon Ixus.

Niveau météo,on peut pas se plaindre vu qu’ailleurs c’est pire. Hier il a fait beau dans l’après midi, aujourd’hui pareil, pluie le matin et soleil après. Et froid,ça oui , pour nous iliens de l’île de « l’éternel printemps ». ( propagande) Mon gadget météo affiche sans vergogne 11º, c’est FAUX,  il doit faire  6º  .


29 novembre

Depuis le bus donc depuis en haut,ça m’a frappé de voir en arrivant à l’intérieur de la ville tous ces cafards  : les gens, hommes et femmes de noir ou marron sombre vêtus. Des cafards. On est descendus,nous les passagers et on s’est fondus avec les autres, cafards parmi d’autres cafards. Avant, dans le bus qui roulait avec des hoquets incessants, -Dieu qu’il conduit mal ce chauffeur ! – quatre vieilles parlaient haut et fort de maladies,les leurs ou de celles de leur mari. Tout le long du trajet, on n’entendait qu’elles et leurs doléances mais ça n’avait rien de pénible tant elles avaient l’air enthousiasmées  par leurs problèmes de santé,leurs opérations subies ou à venir, les leurs et celles de leur conjoint . Après, dans la boutique d’ Orange où j’ai attendu mon tour patiemment durant les trente premières minutes et en fulminant durant les vingt suivantes, l’hotesse Orange de  noir habillée s’est enfin occupée de mon cas mais s’est interrompue cinq minutes pour répondre au coup de teléphone de son chéri  ou d’une copine  et je l’ai entendue dire qu’elle n’ avait pas toute sa tête ,qu’elle avait la grippe, et c’est vrai, elle reniflait beaucoup et je lui ai vu alors une sale mine, j’ai senti ses microbes se jeter sur moi mais j’étais tellement exaspérée qu’ils ont eu les jetons et n’ont rien pu me faire.  J ‘ai respiré le moins possible quand après avoir mis fin à sa conversation elle m’a présenté les petits mobiles . J’en ai choisi un vite fait,un avec des touches ,à l’ancienne car il parait que l’écran tactile c’est pas évident au début,faut de l’entraînement .

 Derrière moi,il y avait bien dix personnes qui attendaient, l’air morose et encore résigné, je leur ai souri gentiment en leur disant  » restez zen « !  car je sais être aimable parfois.


26 novembre- Suite orange

En attendant mais sans attendre que cuise un gâteau qui n’est pas à l’orange hormis quelques zestes, j’ai photographié l’orange grattée,le sucrier,quelques olives qui traînaient là,et ma pitillera. Tous ces objets semblaient  me faire des grâces pour que je les prenne en photo, alors…


23 novembre,au sud…

Excursion au sud de l’île…

Des ruines anciennes …

Et des récentes…Vista Alegre. Ce n’est pas de l’humour noir mais le nom de cette résidence touristique chic où il y eut quelques problèmes dus à un glissement de terrain,lequel glissa  suite à des pluies un peu fortes en septembre 2005. Cinq ans plus tard c’est toujours en l’état, en suspension et précaire équilibre

Plus de photos individuelles et autres lieux visité ce jour  sur la page « excursions » , haut de page. Si une sorte de visite touristique vous tente…


21 novembre


19 novembre

Si j’étais cinéaste et voulais faire un remake version mediterranéenne de « Shining » , je choisirais cet hôtel .En tous cas c’est à ce livre que j’ai pensé en me baladant dans le coin et en photographiant ce mamouth architectural (un des plus laids de l’île) abndonné jusqu’à la prochaine Saison. Dernière photo : travaux à venir près du Mango beach.